Revue de presse critique: Vernon Subutex (Canal +, saison 1)

Année de création: 2019
Créateurs: Cathy Verney
Réalisation: Cathy Verney
Distribution: Romain Duris, Céline Sallette, Flora Fischbach, Philippe Rebbot, Florence Thomassin, Laurent Lucas, Emilie Gavois-Kahn.
Production: Tetra Media Fiction, JE Films
Saison 1.

Vernon Subutex

Synopsis: Comme dans le roman éponyme de Virginie Despentes, l’intrigue de la série est centrée sur le personnage de Vernon Subutex, un disquaire parisien hors-circuit depuis la fermeture de sa boutique. Malgré sa notoriété de gardien du temple dans le petit milieu du rock, il glisse dans une spirale de précarité qui va l’entraîner au fond du gouffre. Expulsé de chez lui, il va chercher une aide financière auprès de son ami musicien Alex Bleach, devenu riche et célèbre. Mais ce dernier est retrouvé mort dans son appartement avec pour seul testament quelques enregistrements à destination de Vernon.

Note après 6 critiques:

7,16 / 10

Selon Constance Jamet (Le Figaro/TVmag.com):
« Hormis un pilote mollasson, la série part sur un bon rythme, portée par des acteurs fabuleux, de Philippe Rebbot à Florence Thomassin et une bande-son 100 % rock. Étonnamment solaire, la série accueille à bras ouverts ceux qui n’ont jamais lu Despentes. Quitte à frustrer les thuriféraires de l’auteur, elle instille une note d’optimisme envers la génération désenchantée des années 1990. » (8/10)

Selon Pierre Langlais (Télérama):
« Pari périlleux que d’adapter les deux premiers tomes du roman fleuve, pleins de changements de points de vue et d’ellipses. Cathy Verney s’en sort brillamment, se concentrant sur l’errance mélomane de Subutex et sa quête des cassettes. Plus optimiste, plus douce, la série n’en demeure pas moins d’une grande fidélité, autant dans son ton ironique mais plein d’humanité que dans son portrait émouvant d’une génération égarée incarnée par une distribution remarquable, Romain Duris et Céline Sallette en tête. Tout juste regrette-t-on sa brièveté, neuf petits épisodes. » (8/10)

Selon Anne Héligon (Les Fiches Du Cinéma):
« Après un démarrage pas très convaincant, l’adaptation des deux premiers tomes de Vernon Subutex par Cathy Verney s’avère une bonne surprise. Certes, la série est moins sombre, moins « coup de poing » que le roman mais elle ne le dénature pas et rend compte de cette part d’espoir qui existe aussi chez Virginie Despentes. Au fil des épisodes, la musique se fond dans le décor sans plus tenir de l’artifice, elle soutient une belle réalisation et se fait justement l’écho émotionnel des personnages. Ces derniers ne pouvaient pas être mieux incarnés que par ce casting impeccable, mené par Romain Duris, acteur générationnel s’il en est. Le pari, un peu fou, est plutôt tenu. » (7/10)

Selon Marion Olité (Biiinge/Konbini):
« On aurait aimé qu’elle soit encore plus radicale, en restant collée aux bottes de Duris, filmé à hauteur d’homme par une caméra aussi libre que Vernon. Son voyage introspectif dans les rues de Paris est bouleversant. » (7/10)

Selon Emilie Semiramoth (Glamour):
« À chaque seconde, on reste suspendus au regard de Vernon, à la moindre petite ride qui plisse, au moindre nuage qui passe dans son regard. On rit avec lui. On pleure avec lui. On a mal pour lui. Autour de lui, la distribution se montre plus inégale. On passera sur les personnages secondaires qui composent une galerie de bobos un peu concons un peu sympas ou carrément antipathiques mais c’est pas grave du moment qu’ils font le show. C’est à cet endroit précisément que la série révèle sa plus grande faiblesse, le commentaire social acide de Despentes se transformant parfois en farce. » (7/10)

Selon Jean-Maxime Renault (Allociné):
« Vernon Subutex ne manque pas de défauts, à commencer par celui de vouloir verser plus souvent dans la comédie que dans le drame, allégeant ainsi la gravité de sa source et atténuant son propos engagé et fort. La série Canal+ se laisse suivre sans déplaisir, mais elle n’est en rien une proposition radicale et chaotique. Et Vernon Subutex se devait d’être radicale et chaotique pour être réussie. » (6/10)

Publicités