Revues de presse

Revue de presse critique : Zone Blanche, saison 1

 

Année de création : 2017
Créateur : Mathieu Missoffe
Réalisateurs : Thierry Poiraud, Julien Despaux
Distribution : Suliane Brahim, Hubert Delattre, Laurent Capelluto
Production : EGO Productions, France Télévisions, BE-FILMS, Production RTBF
Saison 1.

Synopsis : Villefranche est une petite ville isolée au coeur d’une forêt gigantesque, un labyrinthe vert de milliers d’hectares rendant toute télécommunication hasardeuse. Cet endroit pas tout à fait comme les autres a ses zones non cartographiées, ses crimes, ses disparitions et autres mystères à élucider, ainsi qu’un taux d’homicides six fois supérieur à la moyenne nationale… Mais à part ça, tout va bien. Pour veiller sur elle, la ville peut compter sur son « shérif », le major Laurène Weiss, une fille du pays forte en gueule et étrangement connectée à la nature.

Note après 5 critiques :

Constance Jamet (Le Figaro

« Feuilleton choral où la nature revêt un caractère mystique et miraculeux, Zone blanche et ses personnages troubles semblent sortis du Far-West. Baignant dans la brume, la série, bourrée de clins d’œil à Twin Peaks et Fargo, soigne chacun de ses rôles secondaires et n’oublie pas une touche d’humour comme ce malheureux procureur allergique aux grands espaces. Un pari réussi et rafraîchissant. » 8/10

Jean-Maxime Renault (Allociné)

« Les amoureux des polars traditionnels risquent d’être déboussolés, mais la traversée de cette mystérieuse forêt vaut la peine d’être tentée (…) Malgré ses intrigues bouclées à chaque épisode, la série construit peu à peu une mythologie à travers les traumatismes de son héroïne et la mémoire des lieux, jusqu’à créer un plaisir addictif que l’on n’aurait pas soupçonné. » 8/10

Florian Etcheverry (Clap! Mag) 

« Polar forestier irrésistiblement sous influence entre Twin Peaks et la plus récente Jorskott, Zone Blanche fait vivre ses Vosges imaginaires par petites touches, entre corruption humaine et superstitions surnaturelles. Prenant clairement exemple après Les Témoins dans sa direction artistique léchée, le créateur Mathieu Missoffe fait porter ses trames autour d’une petite communauté reculée par une troupe d’acteurs épatante. Mention spéciale à la major Weiss (Suliane Brahim) et au procureur allergique et pince-sans-rire Franck Siriani (Laurent Capelluto). » 8/10

Pierre Langlais (Télérama) 

« Mélange de polar, de fantastique et de drame intimiste, Zone Blanche nous fait d’abord craindre que son pudding de références (Twin Peaks, Lost, Blair Witch, The Descent, Spielberg…) nous laisse le ventre lourd. Heureusement, la qualité de sa production, ses personnages hauts en couleurs, un sens de l’humour salvateur et des intrigues unitaires régulièrement réussies font bien passer le mélange. Un divertissement chargé, mais qui finit par convaincre ». 6/10

Anne Héligon (Les Fiches du Cinéma) 

« Zone Blanche ne manque pas d’ambition, comme en témoigne son ouverture en clin d’œil à Twin Peaks. Elle a le mérite de tenter de nouvelles propositions, notamment plusieurs intrigues dans l’intrigue, le tout en huis-clos dans un lieu singulier. Mais elle a beau être joliment réalisée et portée par de bons comédiens, on peine à se passionner pour cette histoire qui emprunte finalement beaucoup à d’autres. » 5/10

Publicités