Revues de presse

Revue de presse critique : Cannabis (Arte, saison 1)

 

cannabis-redim

Année de création : 2016
Créateurs : Hamid Hlioua
Réalisation : Lucie Borleteau
Distribution :
Yasin Houicha, Kate Moran, Christophe Paou…
Production : Tabo Tabo Films, Arcadia Motion Pictures
Saison 1.

Synopsis : Espagne. Une nuit à Marbella. Un bateau rempli de cannabis appartenant au baron de la drogue El Feo se fait braquer par Farid Belhadj et El Commandante. Un coup de feu part, Farid bascule par-dessus bord… Sa femme Anna découvre alors que la disparition de son mari, Farid laisse une montagne de dettes et un bordel de luxe, le Princess…

France. Cité de la Roseraie à Villiers, banlieue parisienne. La grosse livraison de shit attendue d’Espagne par Shams et son boss Morphée n’est pas arrivée, et pour cause : c’est celle volée par Farid. Au même moment, la nouvelle maire, Zohra Kateb est déterminée à débarrasser sa commune du trafic et de la corruption. Grâce aux informations qu’elle obtient d’une source, elle met sérieusement à mal le trafic de cannabis…

Note après 4 critiques :

note-cannabis

Selon Télérama (Pierre Langlais) :

« Nouvelle tentative courageuse d’Arte, et nouvelle demie-réussite (ou demi-échec), Cannabis réussit certaines parties de son récit (la vie dans la banlieue parisienne et les personnages qui vont avec) d’autres moins (la femme de trafiquant). Malgré les ratés et une interprétation inégale, l’ambition du projet est à saluer. Et on ne s’ennuie jamais. » (6/10)

Selon Le Figaro (Constance Jamet)

« Série choc, Cannabis illustre, à la fois, les nouvelles ambitions de la fiction tricolore et ses limites. Un bad trip , comme la substance dont il est question, avec des montées d’audace réjouissantes et des moments de délire qui tombent à plat. » (6/10)

Selon Le Monde (Pierre Sérisier) :

« L’échec de Cannabis tient sans doute à une absence de définition claire du sujet. Il aurait fallu choisir. Soit Shams, soit El Feo, l’un et l’autre portaient en eux une bonne histoire. Mais celle-ci n’a pas été écrite. » (5/10)

Selon Biiinge / Konbini (Marion Olité)

« À vouloir traiter tous les aspects du trafic, Cannabis se retrouve constamment le cul entre deux chaises, entre deux mondes irréconciliables, entre une volonté de réalisme et une attirance pour les bons vieux codes du soap. » (5/10)

Publicités